2019 a été une année de grands bouleversements à plusieurs niveaux en matière de gestion des ressources humaines et en relations de travail. Quoi faire maintenant pour assurer la réussite de ces changements ?

Bien que certains changements à la loi sur les Normes du travail ont été en vigueur en juin 2018, la plupart sont entrés en vigueur le 1er janvier 2019. Ces changements, bien que certains étaient nécessaires, ont provoqué des ajustements dans les pratiques en ressources humaines des entreprises et organismes à but non lucratif au Québec.

Il a fallu réfléchir les pratiques existantes afin de s’assurer que les changements assuraient l’équité interne en matière de conditions de travail notamment en ce qui concerne le changement au niveau des vacances annuelles et de l’ajout des 2 congés payés en matière d’absence pour maladie ou obligation familiale.

Dans tous changements, il existe une part de stress et de résistance qui sont, je pense, nécessaires à assumer lesdits changements. Néanmoins, cela a aussi provoqué de belles discussions et des réflexions éthiques qui auront permis à tous de mieux comprendre l’essence même des changements d’un point de vue social, mais aussi organisationnel.

L’obligation de mettre en place une politique en matière de prévention du harcèlement a définitivement déstabilisé certaines organisations. Il a fallu réfléchir au processus, mais surtout, d’assurer la compréhension de tous les acteurs quant à la définition de harcèlement.

Certaines organisations sont allées plus loin, et c’est pour le mieux, en mettant en place un guide de civilité afin de non pas seulement prévenir le harcèlement, mais tous conflits potentiels.

Ces réflexions n’auraient peut-être pas eu lieu et c’est ce qui devient intéressant avec les changements. Ça fait avancer.
Maintenant que vous avez ajusté vos politiques, il s’agit maintenant en 2020 d’assurer leur application dans le concret. Encore une fois, il faut du temps afin de s’acclimater. Prenez-le.

Motivation et bonheur
En ce début d’année, vous avez probablement reçu des voeux de bonne année comme: « je te souhaite de la santé !. » ou encore : « je te souhaite le bonheur. » Ainsi, qu’en est-il du bonheur de vos équipes de travail ?

La croyance est que c’est à l’employeur d’assurer de motiver ses équipes et d’assurer leur bonheur. Or, ce sont des responsabilités qui doivent être partagées avec les employés. Les entreprises se doivent de mettre en place des structures organisationnelles qui vont stimuler les équipes, de leur donner les outils nécessaires à l’atteinte des objectifs, la flexibilité qu’il faut pour assurer un niveau de stress normal et assurer de saines relations de travail.

De leur côté, les employés doivent faire l’exercice de réflexion nécessaire à bien gérer leur carrière. Ils se doivent d’être en action et non d’attendre que l’employeur réponde à leur besoin. Ils doivent s’assurer de respecter certains critères reliés à la théorie de l’autodétermination notamment: le plaisir et le sens du travail. Cela devient très personnel. Encore faut-il le savoir.

Quelques articles en références:
la motivation au travail selon la théorie de l’autodétermination : :

http://www.mapageweb.umontreal.ca/mageaug/Articles/Forest_Mageau_2008_Dissemination%20paper.pdf
https://perreaultassocies.com/blogue-rh/developpement-des-competences/performant-ou-epuisement-2/
https://perreaultassocies.com/blogue-rh/remuneration-globale/quest-ce-qui-motive-vos-employes-largent/

Bonne année 2020 !

Ce texte ne constitue pas un avis professionnel. Les lecteurs ne devraient pas agir sur la seule foi des informations qui y sont contenues.


À propos de Manon Perreault

À la tête de Perreault & Associés, Manon Perreault, CRHA, conseille et accompagne les gestionnaires et chefs d’entreprise de PME québécoises et d’OSBL dans leurs pratiques de gestion des ressources humaines et de gouvernance. Elle concentre sa pratique professionnelle en prévention du harcèlement psychologique et en climats de travail sains. Elle rêve d’ailleurs que les organisations voient le harcèlement dans une perspective éthique plutôt que juridique. Elle a développé une démarche unique quant à la prévention de toutes formes de conflits. Outre sa formation en prévention du harcèlement, Manon donne aussi des formations en éthique ainsi qu’en gouvernance au sein des organismes sans but lucratif tout en les accompagnant dans la mise en place de cadres éthiques et de gouvernance. Elle met aux services des organisations les réflexions et les concepts éthiques développés dans le cadre de sa maitrise en éthique appliquée obtenue en 2018. Elle connait bien le système professionnel québécois ayant siégé à plusieurs conseils d’administration, notamment celui de l’Ordre des conseillers en ressources humaines où elle a été membre du comité exécutif et présidente du comité de gouvernance et d’éthique pendant 6 années. Elle a dirigé la refonte du cadre de gouvernance et chapeauté plusieurs dossiers notamment le déploiement d’un cadre éthique pour les administrateurs ainsi que l’acception d’une première politique de rémunération des administrateurs. Comme elle ne trouvait pas d’équilibre entre le travail et la famille dans les entreprises pour lesquelles elle a travaillé, elle devient entrepreneure en 2003 afin de répondre à ce besoin. Aujourd’hui, entourée d’une équipe de 10 professionnelles, elle est fière d’avoir créé une organisation axée sur la conciliation famille-travail. Manon Perreault est également chargée de cours à l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke où elle sensibilise de futurs dirigeants à l’importance de la gestion socialement responsable Elle est récipiendaire du prix CIQ remis par l’ordre des CRHA en 2020. Elle est le deuxième récipiendaire de ce prix dans l’histoire de l’ordre